Rechercher

L’OPPORTUNISME, LA TOITURE ET LA DOUBLE-OSSATURE (2e partie)


Bulletin de diffusion novembre 2021



Je vous ai partagé dans la précédente infolettre les avantages, que je considérais nombreux, à utiliser une double ossature pour la réalisation d’un toit, en assurant ainsi la mise en place d’un plan d’étanchéité à l’air de façon simple, et ainsi dissocier la charpente primaire du toit de l’assemblage isolant et la charpente secondaire au-dessus.





Installation des sondes de monitorage de la toiture, en cours de construction. Le plan d’étanchéité à l’air est situé au-dessus du contreplaqué et des poutrelles. L’ensemble fait partie de l’analyse de performance en service réalisé au cours de l’hiver 2021-2022

Source : Chantier Auvergne laboratoire vivant phase 2




L’utilisation d’une double-ossature au toit permet aussi de maximiser la configuration des rives de toits et d’assurer une continuité des plans d’étanchéité mur-toit.

Le défi de la jonction mur-toit dans un projet

Construire une jonction mur-toit, avec des plans d’étanchéité continus et efficaces, constitue en soi un défi pour toute construction, peu en importe son ampleur. En prolongeant les toitures aux rives et en créant des débords, comme on devrait le faire habituellement, cela devient un véritable casse-tête.

Je suis un inconditionnel des débords de toit :

  • Le prolongement limite l’exposition aux intempéries des hauts de mur ;

  • Ils atténuent les charges de vent exercées dans les cavités murales ;

  • Ils augmentent la durée de vie des parements sous-jacents et limitent les dommages des matériaux fragilisés par l’humidité ou l’eau ;

  • Ils gèrent l’eau d’écoulement en stoppant la tension superficielle de l’eau et assurent une performance durable de l’écran pare-pluie ;

  • Ils sont un vecteur de contrôle de l’exposition au soleil, que ce soit pour la pérennité des matériaux de façade ou la pénétration intérieure, constituant ainsi un pare-soleil « naturel ».





Trois assemblages de toiture du projet, tels qu’initialement développés, avec un débord structural (CLT dessin de gauche, ou prolongement de poutrelles pour les deux autres). Le débord structural représente un pont thermique, en plus de créer des discontinuités dans l’étanchéité (lignes rouges, à penser aussi en 3D…). La ligne verte représente une solution d’application de la double-ossature, alors que les éléments entre les isolants reprennent la charge des débords de toit et les prolongements structuraux sont coupés (dans ce cas) ou inexistants (dès le concept). Source : Esquisses de projet – R. Trempe

On pense le détail en 2D. Tout va toujours trop bien. Par exemple pour le détail de gauche, on pourrait penser que des pièces structurales de CLT embouvetées puissent représenter une étanchéité à l’air adéquate. En théorie oui, mais pas dans la pratique, alors que chaque fente pourra représenter une circulation d’air, voire un appel d’air à la rive.




Exemple de rétrécissement suite à la construction (après un an) : 1,5 mm = 0,4 % Source : Projet phase 1 – Auvergne laboratoire vivant


Un détail de construction, ça vit, et ça doit durer. Une rive de toit simple, durable, efficace et économique en constitue un beau défi :

  • Anticipons comment les matériaux se comporteront ;

  • Pensons, imaginons… dessinons en 3D ;

  • Servons-nous d’opportunités comme une ossature superposée à une autre, c’est toute une occasion d’éliminer les ponts thermiques et de penser autrement la performance en service et l’étanchéité à l’air.



Le détail à la rive a été modifié au chantier pour assurer une parfaite continuité (en cours de réalisation sur la photo) entre les plans d’étanchéité à l’air des murs et du toit. On a amputé la ferme de son prolongement extérieur. Source : Chantier Auvergne laboratoire vivant phase 2

Auvergne laboratoire vivant, ce sont des projets en bois. Mais peu importe le système que l’on doit développer, une réflexion sur la rive de toit s’impose et elle est toujours pertinente. Je discuterai dans une prochaine infolettre des outils qui m’aident à déterminer la dimension des projections à la rive. Envie d’en savoir davantage sur le projet? Lisez mes infolettres à venir et suivez-moi sur LinkedIn et Facebook! Richard Trempe, arch. M.Sc.